Revue de presse 2016-2017

Consultez ici les derniers articles de presse et reportages traitant de l’OPRL et de ses concerts.

[06.02.2017]
Alexander Vinogradov: un soleil noir au coeur de Babi Yar

La soirée d'ouverture du Festival EXILS chroniquée sur le site de Forumopera.com. détails

"Une grande basse lyrique, large et souple, la sensibilité et l’intelligence d’un Liedersanger : fort de ces atouts, Alexander Vinogradov avait déjà relevé le défi avec le Choeur et l'Orchestre Philharmonique de Liverpool placés sous la conduite de Vasiily Petrenko (NAXOS). À l'image du noir qui les contient toutes, son instrument regorge de couleurs et il puise dans ce formidable nuancier avec une imparable précision qui caractérise également le dosage de l'émission. Aucune lourdeur, pas une once d'expressionnisme à la Henschel, mais une constante mobilité expressive pour coller au plus près du texte: tout est parfaitement en place et on reste pantois d'admiration devant l'autorité du chant, la noblesse et le rayonnement de l'interprète. Les pupitres masculins du Chœur philharmonique de Brno comme les instrumentistes de l'OPRL semblent autant guidés par Alexander Vinogradov que par les indications de Christian Arming, mais ne déprécions pas leur mérite, car l'accomplissement est collégial et total. Communion dans le recueillement, à l’issue du concert, un silence chargé et d'une longueur inhabituelle accompagne l'immobilité des artistes. On ne sort pas indemne d’une telle expérience." Pour lire l'intégralité de l'article de Bernard Schreuders, cliquez sur le lien.

[04.02.2017]
Mendelssohn et Chostakovitch, fères d'infortune

La soirée d'ouverture du Festival EXILS vue par La Libre. détails

"Le morceau de bravoure fut évidemment la symphonie de Chostakovitch, doublement guidée par Arming et par l'extraordinaire Vinogradov, conteur autant que chanteur (voix superbe), présent du début à la fin de cet oratorio hors norme. Le public ne s'y est pas trompé, offrant aux musiciens un silence passionné, concerné, bien au-delà du moment où la musique s'était tue." Martine Dumont-Mergeay, La Libre Belgique, 4 février 2017.

[01.02.2017]
Quand la musique interprète l'histoire

Le Soir consacre une pleine page au Festival EXILS, présenté de manière détaillée et très élogieuse par Serge Martin.détails

"Le Festival Exils, programmé par l’OPRL, est important à double titre. Tout d’abord parce qu’il offre la programmation la plus concentrée dans sa cohérence que cette institution nous ait donnée depuis plusieurs années. De plus, en associant l’Université, La Cité Miroir et le Théâtre de Liège, elle met en pratique une volonté revendiquée et réalisée de fédérer les acteurs du monde culturel liégeois sur un projet porteur. Mais aussi, et surtout, le festival s’impose par la réflexion qu’il pose sur le siècle qui vient de nous quitter, à laquelle l’actualité récente donne des résonances étrangement actuelles. L’exil, ce peut être la fuite d’un territoire devenu dangereux pour des raisons raciales ou politiques, le refus d’un régime oppressant, mais aussi le repli sur soi-même pour échapper à un extérieur invivable, la survie au milieu de l’horreur. [...] Au Festival Exils, la musique prend valeur de témoignage : elle interprète l’Histoire et lui rend une actualité farouche. Puisse le message d’espoir que nous ont laissé ceux qui ont souffert nous donner la force de réagir pour sauver nos valeurs."

[11.01.2017]
Ysaÿe sur la corde sensible

2017 commence en beauté pour l'OPRL avec un "Joker" du magazine Crescendo attribué au CD "Neiges d'antan".détails

" On l’aura compris, ce disque porte en lui la promesse de moments intenses, à savourer sans mot dire au coin du feu, en cette saison hivernale." Pour lire l'intégralité de la critique d'Olivier Vrins, cliquez sur le lien.

[08.12.2016]
Christian Arming et Daniel Weissman ont accordé leurs violons

INTERVIEW. À lire dans la Gazette de Liège l'entretien de Christian Arming et Daniel Weissmann sur leurs projets communs pour l'OPRL.détails

"Un bon directeur incarne l’image de l’orchestre, c’est un médiateur, quelqu’un qui impose une marque artistique, une identité. Moi je donne le cadre et la direction, lui, le choix des œuvres. Autrement dit, je construis la maison avec des meubles, lui peut la décorer d’une autre manière tant qu’il ne casse pas les murs. Christian Arming est quelqu’un de très pragmatique, qui bâtit sur la durée. C’est quelqu’un de solide, sur qui on peut compter, qui comprend très vite et résout les problèmes. On a une connivence, on est très complémentaires. Dans son travail, c’est quelqu’un de qualité, d’un grand niveau. Il est aussi chaleureux, souriant et avenant." Pour lire l'intégralité de l'interview, cliquez sur le lien. 

[21.11.2016]
"Anticiper Noël est une bonne idée"

Ce lundi, dans Le Soir, Christian Arming accorde une interview à Serge Martin à propos des concerts "Casse-noisette" qu'il dirige cette semaine et de sa tournée en Allemagne avec l'OPRL. détails

"J’aime bien suivre un fil rouge : ici, il relève du merveilleux et de
l’imaginaire et je crois qu’il a tout pour séduire un public tout en mettant en valeur les qualités intrinsèques de l’orchestre et de ses instrumentistes, vivement sollicités. Je constate donc avec plaisir que ce programme a aussi séduit les organisateurs belges puisque nous le donnons trois fois : à Liège, Saint-Vith et Charleroi."

[19.11.2016]
Daniel Weissmann, un intendant motivé

La Libre fait le bilan des quasi deux années de direction générale de Daniel Weissmann à la tête de l'OPRL.détails

"Fort de son double parcours de musicien (violoniste) et d’économiste, Daniel Weissmann est un tourbillon, un TGV, une fusée, aussi rapide dans ses actes que dans son débit verbal. Et depuis son arrivée à l’Orchestre philharmonique royal de Liège, il a carrément modifié le paysage musical liégeois…" Pour lire la critique complète de Martine Dumont-Mergeay, cliquez sur le lien.

Résultats 1 à 7 sur 14
<< Début < Précédent 1-7 8-14 Suivant > Fin >>